arreter de fumer hypnose facile

Arrêter de fumer est une nécessité individuelle, familiale et collective. Il y a plusieurs façons d’arrêter de fumer car il y a plusieurs habitudes tabagiques.

Apprenez qui vous êtes pour mieux arrêter :

  • Le fumeur social ne fume qu’en public et considère avoir besoin de fumer pour être admis dans le groupe évitant ainsi la souffrance d’un sentiment de rejet né du ressenti d’une expérience plus ou moins ancienne.
  • Le fumeur émotif associe de manière automatique le geste de fumer à un sentiment intense de joie ou de colère. Il utilise la cigarette comme exutoire pour évacuer son stress.
  • Le fumeur hédoniste dit trouver dans la cigarette le plaisir, la stimulation recherchée. Il transfert ce besoin sur la cigarette et ne peut l’envisager dissociée du plaisir érotique dont il a besoin.
  • Le fumeur addictif allume cigarette sur cigarette. Du lever au coucher il a une cigarette à la bouche (parfois certains se relèvent la nuit pour fumer).

 

Des pistes de réflexions

Dans le cas du fumeur social il faut remonter à l’expérience traumatisante, souvent refoulée dans l’inconscient, pour comprendre les raisons de cette première cigarette. Le sujet peut en garder un souvenir conscient et le verbaliser mais cela ne suffit pas. On entend souvent que c’était pour faire comme les autres ou bien qu’il fallait fumer pour faire partie du groupe.

Il convient alors d’étudier les raisons fondamentales du sentiment de rejet qui peut naitre à l’occasion d’un événement apparemment banal, comme le fait de ne pas être associé à une fête ou à une sortie lors de l’enfance. Le fumeur social estime avoir besoin de la cigarette pour faire partie du groupe et se donner une contenance. Le travail du thérapeute est de faire verbaliser le sujet puis de reprendre le même travail sous hypnose afin de changer les représentations ancrées dans l’inconscient et les déconnecter.

Ce travail peut également se faire avec d’autres techniques comme l’AMO (Actualisation des Mouvements Oculaires).

 

Dans le cas du fumeur émotif, il va falloir aller chercher les émotions qui sont la cause de la prise de la cigarette.

J’ai eu une cliente qui fumait un paquet par jour. Elle a arrêté de fumer dès la première séance mais n’a pas cru utile de faire une ou deux séances de consolidation. Après trois mois de sevrage tabagique elle me contacte et me demande un rendez-vous. Elle avait recommencé à fumer après un choc psychologique, une survivance émotionnelle liée à sa mère et qui avait produit un tel état de stress qu’elle n’avait considéré que seule la cigarette pouvait calmer sa détresse. Elle a toutefois limité sa prise de cigarette à 5 cigarettes par jours ce qui était déjà une grande amélioration.

Ayant retravaillé sur ce point sous hypnose, elle est a cessé de fumer y compris devant sa mère. Il reste encore une cause de stress à travailler concernant son environnement professionnel et l’arrêt sera complet et de longue durée. Une visite annuelle pour éviter une éventuelle rechute sera utile en cas de crainte du sujet ou en cas de grosse difficulté à surmonter comme une perte d’emploi ou la perte d’un proche.

 

Le fumeur hédoniste est sans doute plus compliqué à gérer car le changement de représentation de la notion de plaisir est ancré de manière profonde et s’est substitué à d’autres. Il y a souvent un conflit interne entre la partie du sujet qui veut arrêter de fumer et celle qui considère qu’elle ne peut avoir du plaisir qu’à travers la cigarette.

Là encore l’hypnose associé à d’autres techniques de thérapies brèves va permettre de procéder à ce changement de représentation. On peut aussi considérer que garder la cigarette « plaisir » est écologique pour le patient et va constituer une avancée suffisante par rapport à la situation antérieure.

 

Le fumeur invétéré ne peut, à mon sens, être suivi sans l’intervention de son médecin généraliste et/ou d’un médecin spécialisé dans les addictions. Un autre de mes clients a diminué sa consommation de 3 à 1 paquets de cigarettes par jour. Il a trouvé son équilibre à cette dose là. Il n’aurait pas été souhaitable d’aller au-delà.

Dans ce cas, il est particulièrement intéressant qu’une collaboration s’installe entre le médecin et l’hypnothérapeute pour construire une stratégie thérapeutique efficace et ciblée. Des protocoles sous hypnose existent pour augmenter le métabolisme des médicaments et faire en sorte que l’inconscient du sujet soit sollicité pour cela.

C’est une technique très utile notamment dans les troubles du sommeil qui peut être utilisée dans le protocole d’arrêt du tabagisme notamment.

En travaillant directement avec l'inconscient, l'hypnothérapeute peut aider à reconnecter les liens de communication interne entre l'inconscient et le conscient. Ainsi il est possible de retrouver le chemin vers les ressources internes et évacuer les émotions limitantes refoulées dans l'inconscient. Associé à la psychothérapie il va être possible en toute sécurité d'aller travailler sur les causes des problématiques rencontrées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *