Dépression reconnue comme pathologie

Il fut un temps pas si lointain où la dépression était considérée comme la maladie des « fainéants ». L’image qu’une personne dépressive véhiculait était très négative. Depuis quelques années la dépression est reconnue comme une une vraie pathologie. Il ne faut toutefois pas confondre des symptômes de la dépression et la dépression pathologique.

Des symptômes tels le manque d’allant, des troubles du sommeil ou de l’humeur, un sentiment de fatigue permanent sont des symptômes à prendre au sérieux. Ils peuvent être simplement le fait d’un problème alimentaire entrainant un dysfonctionnement du foie ou d’un système digestif paresseux. Des excès répétés sont également susceptibles de produire les mêmes symptômes ainsi qu’un stress soudain et passager. Des évènements anodins reliant au passé peuvent également déclencher des symptômes de la dépression sans être forcément une dépression nécessitant tout son arsenal thérapeutique trop souvent et trop facilement utilisé comme les antidépresseurs.

Analyse de la dépression

De tels signes, une fois la cause identifiés doivent être traités par un médecin qui va orienter son patient vers une solution médicamenteuse (qui peut être nécessaire) ou psychothérapeutique (toujours utile pour verbaliser sa problématique). Le recours à un hypnothérapeute, praticien en psychothérapie, est un atout supplémentaire et complémentaire.

Selon un travail mené par des équipes de l’INSERM, les épisodes de dépression pourraient altérer les fonctions intellectuelles de manière pérenne. D’autant plus s’ils ne sont pas pris en charge.

La dépression est une maladie fréquente qui touche au moins 10% de la population française.  Le risque de rechute reste élevé même plusieurs années après la rémission si le thérapeute ne vise pas la cause (le terrain) mais uniquement les symptômes.

Les conséquences de ces rechutes, non seulement génèrent un déficit psychomoteur chez les patients déprimés, mais  cette altération peut persister après l’épisode dépressif 

« La dépression, une maladie qui s’aggrave avec le temps

Pour en savoir plus, l’équipe de Philipp Gorwood (Unité INSERM 894) a mené une étude chez plus de 2 000 patients ayant connu entre 1 et plus de 5 épisodes dépressifs au cours de leur vie. Afin d’évaluer leurs capacités cognitives, ils ont mesuré la rapidité à exécuter un test simple. Ce dernier consistait à relier des cercles numérotés et placés dans le désordre sur une feuille.

Juste après une première dépression, le temps nécessaire pour réaliser ce test était de 35 secondes. Mais chez les patients ayant vécu plus de deux épisodes, ce temps s’était considérablement allongé, passant à 1 minute et 20 secondes. « Plusieurs autres variables sont potentiellement explicatives (âge, niveau d’étude, activité professionnelle). Mais si on ajuste ces paramètres, nos résultats restent extrêmement robustes », explique Philipp Gorwood.

Avec son équipe, ils sont les premiers à démontrer aussi simplement les effets « neurotoxiques » de la dépression. Ce constat conforte également les observations quotidiennes des médecins et les conclusions de précédentes études épidémiologiques, à savoir que la dépression est une maladie qui s’aggrave avec le temps. » Source : European Neuropsychopharmacology, 13 octobre 2014 (destinationsante.com)

Consulter pour une dépression ?

Il est donc nécessaire non seulement de prendre les personnes présentant des symptômes de la dépression très au sérieux afin de  les orienter vers une solution thérapeutique mais également de consulter régulièrement afin de ne pas rechuter. Il est très facile d’abandonner une thérapie quand on n’a pas en tête les conséquences d’un tel arrêt.

Sauf dans des cas particuliers où la sauvegarde de la vie de la personne est en cause, le recours au médicament (anti dépresseurs, anxiolytiques  ou hypnotiques) est rarement la panacée. Elle peut entrainer le patient dans une atonie dont il peut avoir du mal à se relever. Il faut rappeler que la France est championne du monde de consommation d’anti-dépresseurs.

La psychothérapie est une solution ayant fait ses preuves. Là encore pour certains patients le suivi est très efficace et les effets secondaires extrêmement faibles.

L’hypnothérapie, associée à la psychothérapie et à d’autres techniques de thérapies brèves, est un moyen très efficace à court et moyen terme pour sortir un patient d’un état dépressif en travaillant directement avec l’inconscient. Si le choix d’un thérapeute est essentiel par rapport à la confiance qui s’installe entre le patient/client et son thérapeute, les techniques utilisées en Hypnose ou en Actualisation des Mouvements Oculaires (AMO) sont essentiels. Pour les personnes qui ne peuvent verbaliser leurs maux (mettre des mots sur leurs maux) l’AMO présente de nombreux avantages tout en créant de manière physique (démontré sous IRM) des connexions neuronales nouvelles qui vont perdurer dans le temps et entrainer un réel changement dans le comportement et les représentations des problématiques à affronter.

L’hypnose, en générant un état de relaxation profond autant physique que mental va permettre un accès à l’inconscient qui va libérer le patient d’émotions refoulées depuis parfois très longtemps.
En travaillant directement avec l'inconscient, l'hypnothérapeute peut aider à reconnecter les liens de communication interne entre l'inconscient et le conscient. Ainsi il est possible de retrouver le chemin vers les ressources internes et évacuer les émotions limitantes refoulées dans l'inconscient. Associé à la psychothérapie il va être possible en toute sécurité d'aller travailler sur les causes des problématiques rencontrées.

2 réponses pour “Les effets neurotoxiques de la dépression (1)”

  • Bonjour,
    Je suis mere célibataire , je travaille en contrat aidé …j ai quitte le père de ma fille après avoir subi des violences conjugales…s en est suivi un état dépressif soigne avec Effexsor 37.5 ! Je me sens mieux, plus maîtresse de ma vie ! Mais reste une blessure, je ne peux pas refaire ma vie sentimentale, incapable de retrouver un sentiment amoureux, manque de confiance en moi, altérée par cette relation passionnelle avec le papa de ma fille !
    Je suis proche de la nature et cherche une vie saine mais, je fume, je ne me sens pas à l aise avec cela…j ai déjà arrêté plusieurs fois …bref, j aimerais soigner les blessures du passé , reprendre confiance, cesser de fumer …sachant qu une séance coûte 60 € , combien faudrait il de séances pour m aider ? Est il possible de négocier un tarif avec l Hypnothérapeute ? Merci par avance ! Cordialement , Virginie de Niort 79

    • Bonjour

      Merci de votre commentaire.
      Vous avez manifestement vécu des périodes difficiles et je vous félicite d’avoir eu le courage et la force de partir. Les violences physiques sont toujours accompagnées par des violences psychologiques même si l’inverse n’est pas vrai.
      La guérison de vos blessures est un processus qui peut être douloureux car il ne s’agit pas uniquement qu’elles cicatrisent mais que la cause de celles-ci soit connue et les émotions libérées. Dans ce cas il est nécessaire d’analyser les mécanismes de défense que vous avez mis en place tout au long de votre vie et les causes de leur mise en place. Les différentes techniques que j’utilise permette ces investigations dans le conscient ou dans l’inconscient.
      En tant que praticien en psychothérapie, j’utilise principalement l’hypnose et également la PNL (Programmation Neuro Linguistique); l’EMA/AMO (Actualisation par les Mouvements Oculaires) et d’autres techniques en fonction de ce que la situation requiert.

      Le prix d’une séance ne veut rien dire en soi. L’objectif peut être atteint en trois ou quatre séances ou bien il en faudra plus selon la demande du patient. Pour ma part je prends 80€ pour 90 minutes et un suivi gratuit sur demande entre les séances.
      Le tarif le plus fréquent est de 60€ pour une heure. Certaines mutuelles prennent en charge tout ou partie de ces séances. Il est normalement toujours possible de négocier quelque chose avec votre thérapeute. Soit un échéancier de paiement soit des services supplémentaires, soit une remise qui peut par exemple prendre la forme d’une ou plusieurs séances gratuites. Il faut toutefois savoir qu’il est indispensable de s’investir dans sa thérapie, financièrement mais personnellement également. C’est la clef du succès.
      Vous pouvez me contacter par e-mail à partir du site ou sur mon e-mail personnel (bruno.ferreyrol@gmail.com) pour plus de renseignements. Je pourrai également vous indiquer des hypnothérapeutes sur votre secteur ou vous pourrez prendre rendez-vous avec moi si vous le souhaitez.
      Bien cordialement
      Bruno FERREYROL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *