Cette technique, développée au Canada par Isabelle David,  est basée sur l’observation des mouvements oculaires du client. Lorsque l’on pose une question l’inconscient va mobiliser ses ressources afin de trouver la réponse ou les éléments de réponse. Par exemple « qu’avez-vous mangé hier? ».

La recherche d’informations à laquelle l’inconscient va se livrer se matérialise par un mouvement oculaire involontaire. Le regard se pose sur quelque chose, un point ou un objet. Ce point ou cet objet n’ont pas de signification particulière par rapport à la question posée. Ils sont simplement le support du regard.

Comment cela fonctionne?

EMA2 Bruno Ferreyrol-1En fixant ce point le client va concentrer toutes les informations liées à la question ou à la problématique qu’il souhaite aborder. A la question: « quel est votre objectif principal? » regarder le tapis ne va pas permettre d’y répondre mais le point précis sur lequel le regard se pose est un point sur lequel l’inconscient va concentrer sa réflexion et donner accès à des informations jusque là inaccessibles.

En posant ensuite une question concernant les ressources dont le client pourrait avoir besoin pour atteindre cet objectif, on obtiendra des informations sur ce qui sera un élément positif pour le client et qu’il identifiera comme une aide pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé.

Utiliser des points de référence

Une fois le point « objectif » et le point « ressource » identifiés il s’agit de faire relier par un mouvement oculaire les deux points en faisant passer le regard de l’un à l’autre et vice-versa pendant le temps nécessaire au client pour intégrer les éléments de l’un et de l’autre. Le client saura quand il n’aura plus besoin de relier les deux points et le praticien pourra  le détecter également en observant précisément son client. Une respiration profonde pourra être un signe suffisant pour le thérapeute pour savoir si l’intégration s’est bien faite.

On peut ainsi multiplier les ressources auxquelles le client va se référer dans l’espace de la pièce où il se trouve mais également aller chercher des ressources inconscientes qui pourront également être d’un excellent apport dans la réalisation de l’objectif.

Des difficultés de concentration?

Il arrive parfois que l’objectif devienne lui-même ressource car le cheminement inconscient va aboutir à déterminer le vrai but de la recherche liée à l’objectif initial. Ainsi on peut venir consulter pour une difficulté de concentration et se retrouver à travailler sur un traumatisme physique ou psychologique encore chargé d’émotions.

La plupart des problématiques peuvent être abordées en AMO (en anglais Eyes Movements Actualisation) et plus particulièrement pour:

  • La prise en charge des responsabilités
  • Le développement de la capacité d’autonomie
  • Le processus de changement
  • La libération d’émotions bloquées
  • L’installation ou la réactivation de solutions internes au client
  • L’intégration d’expériences passées
  • Accélérer les apprentissages
  • Etablir un sentiment de contrôle sur Soi.

 

Bruno Ferreyrol, Hypnothérapeute, Charente